Faire un don

Radon

Le radon est un gaz radioactif d’origine naturelle qui provient de la désintégration de l’uranium présent dans la croûte terrestre. On le retrouve partout à la surface du globe. Nous sommes donc quotidiennement exposés à celui-ci de manière non uniforme. Le radon est inodore, incolore et sans saveur. Il est impossible de le détecter par les sens.

Sous forme de gaz, le radon peut être inhalé et présenter un risque pour la santé. À l’extérieur, il ne présente aucun danger, car il se dilue rapidement dans l’air ambiant. Par contre, lorsqu’il pénètre dans les habitations, il peut s’accumuler et atteindre des concentrations élevées.

À long terme, le seul risque connu lors d’une exposition à des concentrations élevées est de développer un cancer du poumon. Ce risque dépend de 3 facteurs :

  • La concentration de radon
  • La durée d’exposition
  • Les habitudes liées au tabac

Le gaz radon et ses descendants solides présents dans l’air peuvent être emprisonnés dans les poumons où ils se désintègrent et émettent des « particules alpha ». Les particules alpha libèrent une énergie qui est absorbée par le tissu pulmonaire et endommage celui-ci. Lorsque les cellules pulmonaires sont endommagées, elles risquent de former un cancer au moment de leur reproduction. On estime qu’au Canada, 16 % des décès par cancer du poumon seraient associés à l’exposition au radon. Elle constitue la 2ecause de cancer du poumon après le tabagisme.

  • L’exposition au radon chez un fumeur augmente beaucoup le risque de développer un cancer du poumon

  • Voies d’infiltration

Mesurez

La seule façon de savoir si vous avez un problème de radon dans votre maison est d’en mesurer la concentration dans l’air. On retrouve sur le marché des appareils de mesure appelés « dosimètre ». Ce test est simple à faire, sans danger et relativement peu coûteux.

Les concentrations de radon peuvent fluctuer considérablement au cours d’une même journée et, encore plus, d’une saison à l’autre. Elles sont généralement plus élevées en hiver. Par conséquent, Santé Canada recommande une période de test d’au moins trois mois pour les habitations, idéalement entre octobre et avril, afin d’avoir une mesure représentative des fluctuations du radon. Le détecteur de radon doit rester en place pour un minimum de 3 mois et peut être laissé jusqu’à 12 mois.

Le radon a tendance à s’accumuler dans les pièces et sur les étages inférieurs de la maison. L’appareil mesurant le radon devrait être placé dans un espace occupé par une personne plus de quatre heures par jour, au plus bas niveau de la maison. Par exemple : un salon au rez-de-chaussée ou une chambre au sous-sol.

Attention, vous ne pouvez pas vous fier au résultat de la maison voisine ni à la moyenne du quartier, car chaque maison est unique dans sa construction.

  • Choisir un détecteur de radon

  • Où effectuer le test?

Corrigez

La directive canadienne sur le radon dans l’air intérieur est de 200 becquerels par mètre cube d’air (Bq/m3). Au-dessus de ce résultat, il est recommandé d’intervenir pour réduire son exposition au radon au plus bas niveau qu’on puisse raisonnablement atteindre. Le radon présentant un risque à long terme, le délai d’action recommandé dépendra de la concentration mesurée :

Concentration de radon en Bq/m3

Quand réparer ?

Plus de 600 Corrigez en moins d’un an
Entre 200 et 600 Corrigez en moins de 2 ans
Moins de 200 Même si le risque pour la santé est faible, il n’y a pas de niveau considéré sans risque. C’est à chaque propriétaire de décider du niveau d’exposition qu’il est prêt à accepter.

 

  •  Comment corriger un problème de radon?

  • Choisir son entrepreneur

Il est important de savoir qu’aucune compagnie commerciale n’a l’autorisation d’utiliser le logo de L’Association pulmonaire du Québec pour vendre ses produits. L’Association ne recommande et n’endosse aucune compagnie.

  • Campagne Villes et Municipalités contre le radon

  • Entreprises certifiées

  • Achat d’une maison

  • Construction d’une maison

  • Radon dans l’eau

  • Références