Faire un don

Pneumonie

Selon Statistique Canada, la pneumonie et le grippe causent près de 2 000 décès par année au Québec seulement. En 2014, c’est près de 6 600 Canadiens qui sont décédés.

La pneumonie menace particulièrement les personnes plus vulnérables comme les enfants, les personnes âgées ou les personnes dont le système immunitaire se trouve affaibli par une maladie chronique, par exemple la maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC).

De plus, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), la pneumonie est la première cause mondiale de décès chez les nouveau-nés et les enfants de moins de 5 ans.

La pneumonie est une infection respiratoire sévère où il y a à la fois infection et inflammation des poumons et plus particulièrement des alvéoles. Les alvéoles sont comparables à de petites grappes de raisins situées au bout de chaque bronche dont le rôle est de permettre l’entrée d’oxygène dans notre sang. Lors d’une pneumonie, une partie des alvéoles se remplit de liquide purulent, empêchant l’air d’y entrer. Le plus souvent, une bactérie est à l’origine de la pneumonie, mais il est aussi possible qu’un virus, comme celui de la grippe, soit responsable de l’infection.
La pneumonie peut être décrite comme lobaire ou bronchique, en fonction de son étendue :

Pneumonie lobaire : Elle est localisée dans une partie du poumon seulement (dans un lobe). Elle peut devenir multilobaire si elle touche plusieurs lobes.

Pneumonie bronchique ou bronchopneumonie : Elle affecte tout le poumon c’est-à-dire les bronchioles et les alvéoles.

Causes

Il y a plus d’une centaine de micro-organismes pouvant causer la pneumonie, mais seulement quelques-uns d’entre eux sont responsables de la plupart des cas. Il existe trois variétés de pneumonies selon l’agent en cause :

  • La pneumonie bactérienne

  • La pneumonie virale

  • La pneumonie à mycoplasmes

  • La pneumonie d’aspiration

Signes et Symptômes

MODE DE TRANSMISSION

Bien que le mode de transmission de la pneumonie varie selon l’agent pathogène en cause, elle se transmet généralement par contact avec des sécrétions respiratoires infectées.

Diagnostic

Si vous pensez suspectez être atteint d’une pneumonie, il est nécessaire de consulter un médecin afin qu’il vous prescrive les traitements requis pour cette infection respiratoire.

Le médecin fera le diagnostic de la pneumonie à l’aide de plusieurs facteurs :

  • Symptômes correspondants;
  • Historique médical de pneumonie;
  • Historique de contacts avec des personnes souffrant de pneumonie;
  • Examen physique;
  • Radiographie pulmonaire;
  • Analyse de sang ou d’expectorations;
  • D’autres examens peuvent être faits pour exclure un autre problème de santé.

Traitements

S’il existe une multitude d’éléments ou de microbes pouvant causer une pneumonie, certains facteurs tels que l’âge, le diagnostic précoce, la nature de l’infection et l’absence ou non d’une autre maladie influencent la guérison.

La plupart des pneumonies ne nécessitent pas d’hospitalisation. Pour guérir, il suffit de bien s’hydrater, de se reposer et de prendre le traitement recommandé par votre médecin.

Celui-ci vous prescrira un médicament spécifique au microbe qui a causé la pneumonie. Les antibiotiques sont prescrits judicieusement s’il s’agit d’une infection bactérienne alors que les antiviraux s’avèreront utiles dans le cas d’une infection virale.

Toutefois, les antiviraux sont rarement utilisés puisque pour être efficaces, ils doivent être administrés dans les 48 heures suivant l’apparition des premiers symptômes. Dans les deux cas, les médicaments font baisser la fièvre en une à deux journées et permettent de soulager rapidement les autres symptômes.

Par contre, si les symptômes s’aggravent ou que les personnes souffrant de la pneumonie sont vulnérables, une hospitalisation est souvent requise. Le traitement de la pneumonie peut aussi comprendre la prise de médicaments en inhalation ou de l’oxygène pour les gens en difficulté respiratoire. Parfois, les personnes extrêmement malades peuvent être admises à l’unité des soins intensifs puisque leur vie est réellement menacée.

Bien qu’après 48 heures d’antibiothérapie, les risques de contagion diminuent grandement, la guérison complète peut prendre de 7 à 10 jours et les rechutes sont toujours possibles. Chez les personnes âgées, la guérison peut être plus longue, car les symptômes sont beaucoup plus persistants que chez une personne plus jeune.

Conseils et prévention

La prévention est un élément essentiel compte tenu de l’agressivité de cette maladie.

Voici des gestes simples que vous pouvez poser pour réduire votre risque de pneumonie :

  • Cessez de fumer puisque la fumée du tabac réduit la capacité de votre corps à combattre les infections;
  • Lavez vos mains adéquatement et souvent;
  • Jetez vos mouchoirs après usage;
  • Ne partagez pas votre verre ou vos ustensiles avec une personne malade;
  • Évitez d’être en contact avec une personne malade, principalement ceux présentant une forte toux, ou demandez-leur de porter un masque;
  • Faites-vous vacciner contre la grippe chaque année;
  • Demandez à votre médecin si le vaccin antipneumococcique est bon pour vous.

VOTRE MEILLEURE ARME : LA VACCINATION

En plus du vaccin antigrippal disponible chaque automne, il existe des vaccins spécifiques à la pneumonie. Le vaccin « Pneumovax » (vaccin pneumococcique polysaccharidique) et le vaccin « Prevnar 13 » (vaccin pneumococcique conjugué) sont utilisés pour la prévention des infections à pneumocoque, mais seul le « Prevnar 13 » protège efficacement contre la pneumonie à pneumocoque.

Ces vaccins augmentent vos capacités à vous défendre contre une infection à pneumocoques en incorporant de petites quantités d’éléments bactériens dans votre organisme. Ces éléments stimulent la production de vos anticorps (des cellules servant à vous protéger contre les infections) qui demeureront dans votre organisme, prêts à vous protéger contre les futures infections bactériennes.

À qui s’adresse la vaccination antipneumococcique?

Les personnes les plus vulnérables à l’infection et qui devraient se faire vacciner sont :

  • Les personnes âgées de 65 ans et plus.

Les autres groupes à risque accru sont les enfants de moins de 2 ans ainsi que les adultes qui présentent un ou plusieurs des facteurs de risques suivants :

  • Maladie cardiovasculaire, pulmonaire ou rénale;
  • Diabète, alcoolisme, absence ou dysfonctionnement de la rate;
  • Certains types d’anémies;
  • Infection au VIH ou autres maladies reliées à une déficience du système immunitaire;
  • Les personnes en convalescence d’une maladie grave;
  • Les personnes vivant dans un centre hospitalier de soins de longue durée.

Informez-vous auprès de votre médecin pour plus de détails concernant la disponibilité du vaccin et sa recommandation en fonction de votre situation.

Depuis 2004, le ministère de la Santé publique du Québec a ajout le vaccin antipneumococcique à son calendrier de vaccination. Les jeunes enfants reçoivent donc une dose à 2, 4 et 12 mois afin d’obtenir une bonne protection contre les infections à pneumocoques. Ces vaccins protègent non seulement les enfants, mais diminuent également la transmission de ces infections aux personnes à risque.

Conseils à suivre si vous présentez des symptômes de pneumonie

Il est important aussi de se faire traiter pour les infections respiratoires qui durent plus de quelques jours. Ces infections sont souvent à l’origine des pneumonies. Si vous présentez les symptômes d’une pneumonie, il est recommandé de :

  • Consultez un médecin sans tarder. Un diagnostic et un traitement précoces facilitent la guérison.
  • Suivez scrupuleusement les conseils du médecin. Prenez du repos, buvez beaucoup d’eau et prenez tous les médicaments prescrits par le médecin pour favoriser votre guérison.
  • Soyez patient. La pneumonie est une maladie grave. Donnez-vous toutes les chances de guérison.

Saviez-vous que

L’Association pulmonaire du Québec offre des services directs à la population. Pour en savoir davantage, visitez notre section Ressources Patients.

 

 

Révision Juin 2019